Retour sur les Assises de l'Air 2019

Le 18 septembre nous avons célébré la Journée Nationale de la Qualité de l’Air. ATMO Nouvelle-Aquitaine et ses partenaires ont proposé deux journées dédiées à cet enjeu, le 17 à Limoges et le 18 à Bordeaux.

FIMEA Nouvelle-Aquitaine était présente à la journée bordelaise « La qualité de l’air, un enjeu d’avenir ! ». Retour sur quelques exemples et témoignages.

La matinée a débuté par un sondage de l'audience avec l'outil Evals.fr : "Quand on vous dit Qualité de l'air, le premier mot qui vous vient à l'esprit est..."

Les réponses majoritaires ont été  : santé, pollution, particules, respirer.

Gérard Bacles, Président d’ATMO Nouvelle-Aquitaine, a ensuite ouvert la séance. 

« Les missions des ATMO sont de surveiller la Qualité de l’Air Intérieur et Extérieur et d’informer les citoyens sur l’air qu’ils respirent. »

 

Laure Curvale, Conseillère départementale déléguée à la transition et précarité énergétique, a rappelé deux problématiques clés en Gironde : les pesticides et la qualité de l’air intérieur et extérieur dans les collèges. En interne, le Département accompagne ses agents qui viennent à vélo en les formant, en les aidant à l'entretien du matériel avec Cycles et Manivelles, et en améliorant le stationnement. 25% des agents du Département viennent déjà à vélo, 45% ont un trajet de moins de 5 km, d'où l'intérêt du forfait mobilité vélo et des indemnités kilométriques, y compris pour les trajets à vélo couplés avec d’autres modes.

Mathieu Anglade de l’ADEME Nouvelle-Aquitaine a axé son intervention sur les liens entre qualité de l’air, mobilité et aménagement urbain. Il a précisé les fortes attentes sociétales et l’importance de passer des intentions aux actions, avec pour priorités : 

  • réduire le trafic, 
  • améliorer les motorisations et les carburants.

 

 

Amandine Loeb, directrice de l’AREC Nouvelle-Aquitaine, a présenté des études sur la qualité de l’air et le chauffage résidentiel, avec un focus sur le bois bûche.

 

Corinne Mandin de l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur a rappelé que l’on passe 80% de notre temps à l'intérieur, dont 67% dans notre logement. La qualité de l’air intérieur a donc de forts impacts sur la santé, le bien-être au travail, et donc sur les coûts des soins associés aux maladies respiratoires, allergies... L’OQAI a en effet pu évaluer le coût socio-économique de la pollution de l’air intérieur en termes de maladies et décès, d’apprentissage scolaire et d’absentéisme dans les bureaux.  Il y a ainsi une réflexion globale à avoir quand on aménage et nettoie sa maison et/ou son bureau. Toutefois, attention à ne pas déconnecter l’air intérieur et l’air extérieur ! L’étanchéité et la ventilation des logements est également un sujet clé quand on parle de qualité de l’air.

Si l’environnement professionnel est plutôt bien suivi en termes de pollutions aux Composés Organiques Volatiles, les grands absents des études sont les collèges et les lycées. Or il reste des écoles avec des peintures au plomb, proches des axes routiers...

L'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur a annoncé la 2eme grande campagne nationale Logement 2 en 2020 sur la Qualité de l’Air Intérieur des logements avec l'étude des polluants émergents, les tests des capteurs à bas coûts, les impacts sanitaires, les connaissances et perceptions des citoyens sur la QAI.

 

Nadine Rivet, adjointe au Maire de la Ville de Limoges, délégation à la petite enfance, a présenté les démarches entreprises par la ville pour avoir des crèches sans perturbateurs endocriniens : nettoyage à la vapeur ou avec des produits éco-labellisés, critères environnementaux dans les achats publics, aération, alimentation bio…

Fabien Girandolla du Laboratoire de Psychologie Sociale de l’Université d’Aix-Marseille a démontré au travers de diverses études les impacts d’une mauvaise qualité de l’air sur la santé physique, la santé mentale, les humeurs et les émotions, mais aussi les comportements. Les Sciences Humaines et Sociales peuvent aujourd’hui accompagner les acteurs de la Qualité de l’Air pour sensibiliser et engager un passage à l’action des citoyens grâce à des techniques de « communication engageante ». Des projets de sciences participatives permettent de rendre les citoyens acteurs de la surveillance de la qualité de l’air et leur donnent les clés pour agir. Tel est le cas d’Ambassad’Air animé par l’association Air’Breizh ou encore du dispositif des Volontaires pour l’Observation Citoyenne de l’Environnement (VOCE), porté par l’Institut Ecocitoyen pour la Connaissance des pollutions et soutenu par le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable à la Fos-sur-Mer.

La matinée s’est clôturée avec l’intervention du grand témoin Alain Chabrolle, Président de France Nature Environnement. Il a rappelé les chiffres de l’Organisation Mondiale pour la Santé : 91% de la population mondiale respire un air pollué. Il y a donc une urgence absolue à agir, et ce de manière transversale au niveau des politiques publiques air/énergie/santé. Il propose également de remettre en place un système de bonus/malus indexé sur le poids des véhicules et soutient dans ce sens l’amendement du Député Mathieu Orphelin. Il pense que les élections municipales de 2020 peuvent être un bon créneau pour mobiliser les élus et les candidats à ces questions, notamment dans le cadre des Plans Climat-Air-Energie Territoriaux (PCAE).

L'après-midi a été introduite par Françoise Coutant, Vice-Président à la Région Nouvelle-Aquitaine en charge du Climat et de la Transition Energétique. 

« Les données fournies par ATMO permettent de mettre en œuvre des actions et de les évaluer, pour aller plus loin et plus vite. » 

Elle s'est poursuivie par des ateliers et des retours d’expériences.

Vanessa Baudrier Paillat de la SAS DEMETER Energies est revenue sur la construction participative de leur projet de méthanisation entre éleveurs tout en impliquant les habitants des alentours sur son acceptation et en particulier pour limiter les nuisances olfactives. Un véritable « jury de nez » volontaires a été mis en place, avec l’appui  de l’Outil de Déclaration des Odeurs (ODO) d’ATMO Nouvelle-Aquitaine.

 

 

  • POUR ALLER PLUS LOIN : 

Télécharger la Présentation faite à Limoges du 17/09 >>

Télécharger la Présentation à Bordeaux le 18/09 >>

Ecouter l'enregistrement des Assises de l'Air à Bordeaux le 18/09 >>

Télécharger la publication de l'ADEME "Ils agissent pour la qualité de l'air extérieur ! Interviews avec des porteurs d'actions européens", 2018

Télécharger la publication de l'ADEME "La pollution de l'air en 10 questions", 2019

Télécharger la publication de l'ADEME "Guide des bonnes pratiques agricoles pour l'amélioration de la qualité de l'air", 2019